Bistouri: modes de fonctionnement

La fonction principale des bistouris électriques est de sectionner ou coaguler les tissus. Cette section et cette coagulation peuvent être effectuées selon deux techniques à savoir : la technique monopolaire et la technique bipolaire.

Nous vous présentons dans cet article, leurs différences :

  • Technique monopolaire : cette technique est réalisée par une seule électrode active qui fera aussi office d’électrode neutre. Elle transmet le courant HF issu du générateur. Au contact de cette électrode avec les tissus, une densité importante de courant est transmise. C’est cette forte concentration d’énergie sur une petite surface qui permet d’obtenir l’effet souhaité. Le courant passe ensuite à travers le corps du patient jusqu’à l’électrode neutre. Le circuit électrique est ainsi totalement fermé.
    • Avantages : adapté à la dessiccation de larges masses tissulaires ;
    • Inconvénients : risque d’électrocution plus élevé ; pour réduire ce risque il est important que l’électrode neutre soit correctement appliquée sur le patient ; cette technique n’est pas compatible avec des patients portant un implant métallique ou un pacemaker.
  • Technique bipolaire : le courant de HF arrive par une électrode active et ressort par l’électrode neutre, sans traverser le corps du patient. L’instrument le plus connu pour cette technique est la pince bipolaire qui permet de placer l’électrode active et l’électrode neutre en face l’une de l’autre. Le courant passe ainsi directement d’une pointe de la pince à l’autre. L’électrode neutre n’assure ici aucune fonction.
    • Avantages : technique plus sûre que la monopolaire ; pas de risque de brûlure ou d’électrocution du patient ; technique à utiliser pour les porteurs de stimulateur cardiaque ;
    • Inconvénients : inadapté à la dessiccation de larges masses tissulaires.

4 réflexions sur “Bistouri: modes de fonctionnement”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *